TEST DU STABILISATEUR GYROSCOPIQUE KS-8

PARU DANS SONOVISION N°488 d'Octobre 2004

Ce stabilisateur gyroscopique américain a été inventé par Ted Kenyon initalement pour stabiliser des binoculaires sur des vedettes de gardes-côtes afin qu'ils puissent lire les noms des bateaux par mer houleuse. Aujourd'hui il a été adopté par les photographes et les camaramen en quête de qualité. Les mouvements de camera ont tendance détruire les contours de l'image (sharpness) donc son piqué et cela peut rendre un tournage inexploitable notamment pour les prises de vues dans des situations instables : bateau ou aeronef.

Le Kenyon Gyro Stabilizer, est un petit gyroscope alimenté avec une batterie 12V qui se visse au socle de la caméra et lui permet de " flotter " en gardant son axe vertical donc en compensant les " faux " mouvements du cadreur. Le système est enfermé dans une carapace de tungsten et il peut s'adapter à toutes les caméras professionnelles. Sur les 4 modèles proposés par le fabricant, j'ai pu essayé le KS-8, qui s'adapte aux caméras d'environ 5 kg et donc aussi bien sûr aux moins lourdes. La règle étant qu'un système stabilise au moins deux fois son propre poids, le KS-8 pesant 2,3 kg, il peut stabiliser des caméras jusqu'à 5kg (maxi). Il est livré avec une batterie 12V et un transformateur (inverter) adapté et tous les cordons, notamment XLR 4 broches qui permet de se servir d'un pack de batterie en ceinture classique. Son autonomie est de 2,5 à 3 heures. Sur demande un transforamteur 24V permettra de l'alimenter depuis une source d'hélicoptère. Un chargeur (115-230V) est également fourni avec le kit et il est sécurisé pour éviter la surcharge de la batterie, une fois pleine un régulateur entretien la charge.

Sur l'inverter un commutateur ON/OFF permet la mise sous tension, ce qui est utile en vol quand on veut économiser ses accus. En effet, une fois le gyroscope lancé à pleine vitesse, il suffit de couper la tension pendant le temps du voyage entre deux lieux puis de le remettre sous tension peu de temps avant l'arrivée : le gyroscope continue de tourner dans sa boite de tungsten à très haute vitesse même hors tension et cela prend peu de temps, une fois à nouveau sous tension, pour le ramener à sa vitesse nominale, soit plus de 20 000 tours par minute. En outre un LED d'indication de charge passe successivement du vert (pleine charge) au jaune (1/3 de la charge) puis à l'orange (1/4 de la charge) et enfin au rouge (vide), il vaut mieux alors débrancher la batterie pour éviter de futurs problèmes de charge et laisser le gyroscope tourner sur son élan.

Au démarrage, il faut prévoir 7 à 10 minutes pour qu'il atteigne sa vitesse nominale, et Kenyon a prévu un cordon d'adaptation 12V pour voiture qui permet de lancer le stabilisateur à partir d'un allume cigare, puis une fois à plein régime, passer sur la batterie dès que l'on est prêt à s'envoler, encore par mesure d'économie. En vol ULM, ne sachant pas toujours combien de temps il faudra pour atteindre les objectifs ce genre d'astuce peut vous sauver la mise.

Admiral  KS-8


Specifications KS-8:

Taille : 8,7 cm de diametre x 14,7 cm de long

Poids : 2,3 kg

Secteur : 115-230 volts, 400  Hz, 26 watts.

Ratio panoramique : 30° par seconde.

Un gyroscope stabilise deux fois son poids. Mais pour améliorer la stabilité d'une caméra, on a toujours besoin d'en monter au moins deux dans des axes différents, et même trois, le cas échéant.

Un seul gyroscope convient surtout pour la stabilisation des appareils photo.
 
Tarifs à la vente :
KS-12-GYRO KIT: 10000 €HT (3,8 kg)
KS-8-GYRO KIT : 4 000 €HT (2,3 kg)
KS-6-GYRO KIT : 2800 €HT (1,5 kg)
KS-4-GYRO KIT : 2 000 €HT (1 kg)
KS-2-GYRO KIT : 1 600 €HT (0,7 kg)

 

Tous les kits sont livrés avec un chargeur, un inverter, une batterie 12V, un cordon d'alimentation pour allume cigare, le tout dans un Flight-case Pelican.

Pour plus d'informations :

06 09 69 32 54

01 34 48 10 54

Ces stabilisateurs utilisent des moteurs sans frottement scellés hermétiquement et plongé dans un bain d'hélium ce qui réduit la maintenance à zero. Contrairement à d'autres stabilisateurs, le KS-8 utilise deux " roues " de gyroscope qui permettent autant la stabilisation latérale que dans l'axe de la prise de vue, ce qui n'est pas le cas des stabilisateurs optiques. La stabilisation s'effectue donc sur toute la caméra et fonctionne bien en addition à un stabilisateur optique leger.

Le système n'est pas fragile si l'on respecte les consignes d'utilisation, c'est à dire pas de mouvement trop brusque en panoramique (30°/seconde maxi), il faut rester zen et souple dans tous ses déplacements. Kenyon vous refera un gyro tout neuf en cas de crash pour une somme de l'ordre de 400€. En cas de choc leger, une petite bosse dans la structure extérieure n'affectera pas le moteur, toutefois le système risque de se déséquilibrer et de faire un peu plus de bruit. Ce bruit d'ailleurs empêche toute prise de son à proximité de la caméra. C'est une sorte de sifflement qui n'est rien à coté du bruit d'un moteur d'ULM mais qui gênera tout preneur de son en ambiance calme.

Kenyon agit dans des secteurs très différents et stabilise aussi bien des supports d'armements, des compas et des binoculaires de bateau, s'adapte au steadicam, au télescopes et même la NASA est cliente.

Parmi ses trophées cinématographiques, le système a été utilisé conjointement avec des supports Tyler sur de nombreux films, parmi les plus connus Star Wars et Lord of the Ring, notamment dans sa version lourde, le KS-12 qui supporte plus de 8 kg. Jusqu'à 6 gyroscopes ont été montés dans des axes complémentaires sur le support sous la caméra qui elle même est fixée à un plateau sur rotule.


Exemple de stabilisation pour petites caméras.
Caméraman Marc Salama


3 KS-4 au bout d'un steadicam, tournage Thalassa Casamance. Pilote Mathieu Rouanet

Le Test

Le système a été testé pour la première fois en mai 2004 à Mondreville lors du championnat de France d'ULM où les meilleurs pilotes français en paramoteurs comme en multiaxes étaient réunis. Il s'agissait de tester les prises de vues " à la main " ; je me suis donc embarqué tout d'abord en biparamoteur avec Ronan Chollou comme pilote à la poursuite d'une BMW sur la piste en herbe tout d'abord, puis sur route. Les conditions météo étaient mitigées, calmes avec des instabilités intermittentes. A l'avant du biparamoteur sur les deux supports de ma sellette, j'ai utilisé un tendeur en guise de support sur lequel j'ai posé l'optique de ma Sony PD100, gyroscope à plein régime adapté sous la caméra avec une poigné Manfrotto et deux semelles (une pour la caméra l'autre juste en dessous mais ajustable independamment pour le gyroscope), la batterie fixée à ma ceinture. Après quelques minutes d'adaptation, le pilote me surplombant gardait l'œil sur l'image tout en calant sa route. En fait, mon boulot consistait à cadrer la cible le plus au centre possible et lui cadrait le travelling (voir film quicktime). Pour un tout premier test le résultat est assez concluant ; avec de la pratique, on se familiarise assez vite au système et à son encombrement en vol somme toute assez réduit.

Des tests avec des tendeurs comme supports caméra ont également été effectués sur des ULM multiaxes et autogire avec de très bons résultats et des plans de plus d'une minute entièrement stables. Toutefois, il est clair qu'un système de support sur rotule de type Tyler astucieusement déployé assurera une meilleure stabilité dans des conditions météo moins avantageuses.

Au final, dans la plupart des cas de prises de vues aériennes ou navales, cette solution qui nécessite un peu d'entrainement et de tests in situ, est de loin la moins couteuse du marché en matière de stabilisation gyroscopique pour camescopes allant jusqu'à 7kg, et a le mérite d'être modulable et adaptable à toutes sortes d'appareils, dont les stabilisateurs de type Steadicam, avec lequel j'ai pu travailler et stabiliser des caméras de 1 à 4kg sur de nombreux tournages de documentaires.

Contacter Marc Salama

Réalisateur - Reporter d'images - Prises de vues aériennes

Les Cercles de Culture from ABSY.TV on Vimeo.

Google

PRISES DE VUES AERIENNES STABILISÉES PAR GYROSCOPES

Ces petits films vidéos nécessitent une liaison haut débit ADSL ou câble et quicktime 7 minimum pour lire les codecs FLV et H.264.

Saint-Blancard
Saint Blancard, un site de vol exceptionnel

Interview de José Ortéga, Directeur de Passion’Ailes, Team Leader de l’Équipe de France pendulaires et Multiaxes. Pilote Mathieu Rouanet, caméra Marc Salama.

Chameaux-Essaouira
Course de chameaux sur la plage d’Essaouira pour City Chase, vue du Ciel
Pilote paramoteur Ronan Chollou, caméra Marc Salama

Cap d'Agde
Tournage aérien en paramoteur autour de Cap d'Agde pour Prado Productions

 

Chariot Z Passion'Ailes
Prise de vues aériennes autour de Saint-Blancard
, test en chariot paramoteur.

Prise de vue aerienne stabilisée HDV Mont Dauphin
Prise de vue aérienne en Dynabulle
autour du Mont Dauphin et son fort Vauban, patrimoine de l'humanité en 2008.

Prise de vue aerienne entreprise Charier
Prises de vue aériennes en paramoteur
pour un film d'entreprise, Charier, produit et réalisé par Xplorer Studio.

prises de vues aériennes Arcouest-Brehat
Vol au dessus des plages d’Arcouest - Brehat, Cotes d’Armor Bretagne
Pilote Ronan Chollou, caméra Marc Salama.

Prise de vue aerienne Tregastel
Vol du coté de Trégastel, Côtes-d’Armor, Bretagne
Pilote Ronan Chollou, caméra Marc Salama.

Marc en Algérie
Réalisation en 2007 d'un film de 6 minutes de prises de vues aériennes sur 17 jours de tournage en Pilatus et hélicoptères Bell L3 et L4 dans toute l'Algérie, en DVCPro HD Panasonic, un périple de 8000 km pour couvrir une quinzaine de sites remarquables algériens, production MediterraneanStar Communication, Algérie, producteur Ramdane Rahmouni.
desert_algerien
Clip de 2 minutes

vinjauneronan
Vin jaune vol 2, Productions Marc Perrey, pilote Ronan Chollou, caméra Marc Salama.

vinjaunemathieu
Vin Jaune vol 1, Productions Marc Perrey, pilote Mathieu Rouanet, caméra Marc Salama.

amazonie
Tournage des plateaux de l'émission O'Brasil pour le magazine d'aventure Faut Pas Rêver, réalisation Philippe Bigot, présentation Laurent Bignolas, production France3.

Objectif Images
Film de convention Total, production Objectif Images, pilote Mathieu Rouanet, caméra Marc Salama.

Prises de vues aériennes en paramoteur au format haute définition Sony HDV HDR-Z1 en Sierra de Guara pour un film de fiction "Gorgas Negras" produit et réalisé par Jean-Michel Houlbert, production déléguée Tournesol.

Suivi de voiture et prise de vue aérienne rapprochée. Prises de vues aeriennes en paramoteur. Tournage en HDV Sony d'une fiction, "Gorgas Negras" de Jean-Michel Houlbert. Pilote biparamoteur Ronan Chollou. Caméra Marc Salama.

Survol Video de l'Abbaye de Royaumont. Prise de vue aérienne en Multiaxe Sky Ranger.
Pilote Alain Magneville. Caméra Marc Salama


Vidéo de l'entraînement de la Patrouille Paramoteurs. Prise de vue aerienne en paramoteur.
Tournage en Corrèze pendant l'entraînement.
Pilote Ronan Chollou
Caméra Marc Salama

Google